liilasvb3@gmail.com






  > > > >

Romantic Novels Fourm


 
LinkBack
16-02-10, 12:58 AM   : 31
:
:



: Feb 2008
: 62940
: 1,520
: ** **    ** **    ** **
: 247

Italy
 

 

:
** **
:

: ** ** :

 

chapitre 17

Une semaine plus tard, Rebecca et Blaidd arrivaient dans la plus grande cit du royaume, accompagns de Trevelyan et Meg, et sous la garde de dix sergents cheval. Dobbin tait rest Throckton dont il avait la charge jusquau retour de Rebecca ou jusqu larrive dun nouveau matre des lieux.
Il avait insist pour que Rebecca voyaget dans un chariot, et elle lui avait obi. Elle tait donc assise avec Meg parmi des coussins de soie. Une toile tendue au-dessus deux les protgeait de la pluie et du soleil, ainsi que de grands rideaux. Dans ce confort, Rebecca avait limpression dtre la favorite dun sultan et elle regrettait de ne pas monter sa belle jument. Dautant plus que le chariot retardait considrablement leur allure.
Ils cheminaient depuis plusieurs jours et Rebecca constatait avec tristesse quelle navait pour ainsi dire chang aucun mot avec Blaidd. Elle passait ses journes dans le chariot en compagnie de sa servante et, le soir, ils soupaient et dormaient dans des auberges, sans que jamais Blaidd ne saisisse la moindre occasion de se rapprocher delle et de lui adresser la parole en priv.
Lorsquils seraient Londres, elle ne le verrait sans doute plus du tout, sauf pour rencontrer le roi. Il reprendrait sans doute ses habitudes, retrouverait quelque belle crature qui serait folle de joie de le voir revenir, et poursuivrait son ascension sociale grce aux loyaux services rendus la couronne. Et elle, cause de la flonie de son pre, serait condamne excuter la volont du roi.
Pourtant, malgr le mensonge dont il avait entour son sjour Throckton, elle nen voulait pas Blaidd et ne lui enviait pas le bonheur quil ne manquerait pas de connatre. Elle tait certaine quil avait nourri des sentiments sincres pour elle et sils taient spars, prsent, ce ntait pas tant cause de ses dissimulations lui que de celles du comte.
Elle avait voulu le lui dire au cours de sa convalescence et pendant leur voyage, mais jamais elle navait trouv les mots pour exprimer sa pense. Un simple regard son visage svre avait suffi dcourager toute tentative et, bientt, elle avait acquis la conviction quil valait mieux garder le silence. Telle tait la situation et lon ny pouvait rien changer. A quoi aurait servi dexposer sans pudeur ses angoisses ?
Lattelage traversait Smithfield en direction de la barrire de Newgate, et plus ils approchaient de la grande cit, plus le bruit augmentait. Au dbut, ce ne fut quun bourdonnement lointain et confus, qui prit peu peu de lampleur au point de se muer en une vritable cacophonie.
Lon distinguait, ple-mle, les meuglements des troupeaux de vaches et de bufs, les blements des moutons, les grognements des cochons, les cris des vendeurs ltal, les clats de voix des chalands, les rires bruyants, les jurons, les aboiements des chiens, les caqutements des poules, le grincement des roues des tombereaux et des charrettes, le martlement des sabots des chevaux sur la route empierre.
Ça alors ! dit Meg en relevant le rideau de leur chariot pour regarder la scne. Je nai jamais vu autant de monde et de btail !
Moi non plus, rpondit Rebecca.
Leur chariot pntra, soudain, lintrieur dun immense troupeau de bovins. Les deux jeunes filles implorrent le ciel pour quil ne se renverst pas car elles redoutaient de finir leurs jours broyes sous les sabots des btes.
Jai eu trs peur, avoua Meg lorsquelles furent sorties de cette mare de btes cornes.
Rebecca, toujours penche par-dessus le chariot pour suivre la progression de lattelage, ne dmentit pas sa compagne.
Par moments, le chariot pouvait peine progresser, et la jeune fille ne pouvait se dfendre de jeter un bref regard vers Blaidd, qui les prcdait, pour voir sa raction. Mont sur son splendide Aderyn Du, il restait parfaitement impassible comme sil stait promen sur une route de campagne dserte.
Je me demande combien de temps il va nous falloir pour parvenir Westminster, murmura Rebecca lorsquils sarrtrent la barrire de Newgate.
La route rtrcissait en largeur de moiti et ils taient obligs de cder le passage un norme tombereau.
Peut-tre autant que pour venir dOxford ici ?
Meg parut dsole.
Je plaisantais, sempressa dajouter Rebecca.
Du moment que nous arrivons avant le dner, cest lessentiel, rpondit Meg. Je suis affame.
Rebecca, elle, navait pas faim ; depuis sa blessure, elle navait aucun apptit. Lorsque lattelage sbranla de nouveau, elle se dplaa vers le milieu du chariot o le confort tait plus grand.
Vous devriez dormir, suggra Meg. Dobbin ma dit que ctait le sommeil qui vous permettrait de vous remettre au plus vite.
Le spectacle est trop intressant pour que je dorme, rpondit la jeune fille.
Mais, en vrit, elle tait trop nerveuse pour trouver le sommeil. Ils ne tarderaient pas arriver Westminster et la nouvelle vie de Rebecca commencerait, une vie dont Blaidd serait absent.
Les deux jeunes filles gardrent le silence, laissant leurs regards vagabonder sur la cit et lanimation de ses rues o marchands ambulants, mendiants, riches commerants, domestiques et gentilshommes se ctoyaient. Pour Rebecca, ctait un monde tout fait diffrent de ce quelle avait connu jusqualors, un monde qui lui tait tranger, et elle se languissait dj de sa jument, des prairies et des bois entourant Throckton. Rien ne la tentait davantage quun galop, cheveux au vent, sous un soleil de printemps. Quand elle pensait que Laelia aurait tout donn pour vivre au milieu de cette foule, de ce bruit et de ces odeurs nausabondes !
Elle interrompit le cours de sa rflexion. Elle voulait taire au fond de son cur la petite jalousie quelle prouvait pour sa sur qui avait trouv le bonheur auprs dun homme qui laimait. Navait-elle pas souhait, quelques semaines plus tt, que Laelia ne lui envit pas lamour que Blaidd lui tmoignait, et quelle les laisst vivre leur bonheur sans prouver de ressentiment leur gard ?
Le chariot sarrta, coupant net le fil de ses penses.
Que se passe-t il ? murmura-t elle en tendant le cou pour voir ce qui arrtait ainsi leur progression.
Ils se tenaient devant une autre porte, haute, large et ornemente, amnage dans un mur lui-mme trs imposant. Blaidd avait mis pied terre et sentretenait avec des gardes. Il ne pouvait sagir que du palais royal.
Le cur de Rebecca se serra. Que se passerait-il si le roi ne la croyait pas ? La ferait-il enfermer dans la Tour de Londres ?
Blaidd scarta des sentinelles et vint vers le chariot. Il leva sur la jeune fille son regard toujours impntrable.
Nous allons descendre dans le logement que mon frre Kynan occupe au palais. Vous ne verrez pas le roi aujourdhui. Il est parti chasser. Il faudra attendre demain ou, peut-tre, aprs-demain.
Rebecca fut soulage dapprendre quelle jouissait dun rpit avant de se prsenter devant son juge et matre, mais elle essaya de ne pas le montrer au chevalier.
Entendu, rpondit-elle dun ton dtach bien quelle ft quelque peu anxieuse lide de vivre au mme endroit que Blaidd alors quelle avait pens descendre dans une auberge.
Je vous rejoindrai un peu plus tard pour le dner, ma damoiselle, dit-il en se tournant vers Aderyn Du. Il faut que je trouve Kynan et le prvienne quil a des htes.
Vtue de lune des robes de Laelia en velours bleu fonc avec de longues manches brodes de fils dor, et dune ceinture de cuir dor autour de ses hanches troites, Rebecca reprit sa respiration et ouvrit la porte de la grande salle du logement du chevalier Kynan Morgan.
Au milieu de la pice tait dresse une table sur laquelle taient disposs une cruche de vin, des gobelets dargent et des assiettes du mme mtal contenant des fruits, du pain, des ptisseries
Le regard de la jeune fille quitta ces victuailles, dont elle navait pas une trs grande envie, pour se poser sur lhomme qui se tenait prs de la fentre. Une main sur le chambranle, il regardait, au-del des murs du palais, la cit quenveloppaient les rayons du soleil couchant.
Il tait pour Rebecca dune familiarit douloureuse et, pourtant, il y avait en lui quelque chose de diffrent, sans doute li aux vtements raffins quil portait. Elle navait jamais vu Blaidd vtu de velours ou dautres tissus luxueux. Mme ses bottes de cuir taient gaufres de motifs en argent. Seule sa coiffure navait pas chang. Il gardait ses longs cheveux libres qui contrastaient singulirement avec llgance rigoureuse de sa tenue.
Lorsquil se retourna, cependant, Rebecca constata que ce ntait pas Blaidd mais un autre homme qui lui ressemblait comme un jumeau.
Rebecca Throckton, je suppose ? dit-il dun ton affable ?
Oui, chevalier. Vous tes Kynan ?
Pour vous servir, ma damoiselle, rpondit le jeune homme en sinclinant avec la mme aisance et le mme charme que Blaidd.
Vous ressemblez trangement votre frre.
Cest ce que lon nous dit souvent, en effet, rpondit en souriant Kynan.
Puis, dsignant la table :
Nous avons fait servir une petite collation ici. Nous avons pens, Blaidd et moi, que vous nauriez peut-tre pas envie de vous retrouver pour dner, ds le premier soir, dans la grande salle du palais au milieu des nombreux courtisans.
Dans la mesure o je ne suis pas exactement lhte du roi, je vous remercie davoir pris cette peine.
Le sourire de Kynan slargit et il saisit deux siges par leur dossier quil tira jusqu la table.
Eh bien, commenons dner si vous le voulez bien !
Sans votre frre ?
Je ne sais pas quand exactement il reviendra. Alors, ce nest pas la peine de lattendre. Il comprendra Dailleurs, jai une grande faim.
Rebecca sourit et rejoignit Kynan la table. Ce ntait peut-tre pas plus mal que Blaidd ft absent pour le repas. Elle russirait se dtendre un peu sans sa prsence muette et glaciale.
En sapprochant de Kynan, elle vit son expression changer alors quelle sentait trs nettement son regard sur la cicatrice quelle portait au front. Elle se trouvait, maintenant, sous la lumire qui venait de la fentre et qui rvlait les traits de son visage dans tous leurs dtails ainsi que la vilaine trace
Jai fait une chute de cheval lorsque je ntais encore quune enfant, cest de l que vient la marque que jai au front, dit-elle en guise dexplication.
Euh, dit Kynan en rougissant. Ah ! oui Je ne lavais pas remarque cest vous qui me
Je mtonne que votre frre ne vous en ait pas parl, remarqua-t elle dun air dtach.
Il ne ma pas dit grand-chose, confessa Kynan en invitant Rebecca sasseoir.
Elle avait envie de lui demander o tait Blaidd mais elle jugea plus prudent de ne pas trop parler. Elle ignorait ce que ce dernier avait relat de son sjour Throckton et la discrtion en de pareilles circonstances tait souvent prfrable.
Elle accepta de picorer quelques aliments que lui prsentait Kynan et dcouvrit quelle avait faim, elle aussi. Tout tait excellent et le vin lui parut meilleur que tous ce quelle avait bu jusqualors.
Aprs un long silence, Kynan dclara dune voix douce, trop semblable celle de son frre an :
Ne soyez pas trop inquite. Blaidd ma racont lessentiel de ce qui sest pass et je suis certain que tout se droulera bien. Le roi nest pas toujours de bonne humeur mais, dans la mesure o cest Blaidd qui vous conduit lui, il prtera une plus grande attention votre cause et il aura cur dagir avec justice.
Rebecca esquissa un sourire.
Je sais quil a la confiance du roi. Je lui suis infiniment reconnaissante de ce quil fait pour moi.
La porte soudain souvrit et Blaidd entra dans la salle.
Comment lavait-elle confondu avec Kynan ? Mme si ce dernier lui ressemblait physiquement et quil avait aussi beaucoup de charme, il nmanait de sa personne ni la mme assurance, ni la mme force, parfaitement mesure et contrle, quelle avait ressentie ds quelle avait vu Blaidd sur le pont-levis de Throckton.
Mon Dieu ! Comme elle regrettait de ne pas lui avoir fait confiance ! Comme elle aurait aim remonter le temps et lcouter, suivre ses conseils, se conformer ce quil lui demandait de faire !
Mais il tait trop tard
Mal laise ds quelle se trouvait en sa prsence, et craignant de rvler ses tourments intrieurs, elle baissait les yeux sur ses mains jointes sur ses genoux.
Ma damoiselle, dit soudain Blaidd. Jai russi obtenir une audience avec le roi demain, en milieu de matine.
Merci, murmura-t elle, pensant que plus tt elle serait fixe sur son sort, mieux ce serait.
Sans regarder Blaidd, elle se leva. Elle ne supportait pas de rester assise prs de lui sans lui parler comme avant, en exprimant que des propos laconiques et impersonnels. Et maintenant quelle savait quelle serait en prsence du roi ds le lendemain, elle tait plus tendue et anxieuse encore.
Ce dner tait excellent, dit-elle Kynan. Je vous en remercie, ainsi que de votre hospitalit. Bonne nuit vous deux, seigneurs chevaliers.
Sur ces mots, elle quitta la pice, les yeux baisss, dans un froissement moelleux de velours.
A peine eut-elle referm la porte derrire elle que Kynan regarda son frre comme sil le voyait pour la premire fois.
Je ne tai jamais vu de ma vie aussi froid et dsagrable avec une femme, dit-il.
Blaidd se laissa tomber sur le sige quoccupait Rebecca un instant avant.
Je nai pas t dsagrable. Pourquoi me fais-tu cette remarque ?
Tu ne tes pas vu ! Je me moque quelle soit ou non la fille dun tratre, cest avant tout une damoiselle et
Je nai pas de leon dducation recevoir de toi, rpondit Blaidd en prenant une miche de pain quil rompit en deux.
Jai pourtant limpression que tu en aurais besoin.
Pour toute rponse, Blaidd frona les sourcils en tendant la main pour prendre la cruche de vin.
Ils gardrent le silence un moment tandis que Blaidd mangeait et buvait sous le regard insistant de son frre qui semblait chercher percer le mystre de ce comportement singulier.
Tu ne mavais pas dit quelle avait une cicatrice au visage, dit soudain Kynan.
Cela ne mrite pas dtre mentionn.
Tu aurais pu me prvenir. Jai cru quelle stait blesse pendant le voyage et jai failli lui demander comment elle stait fait cette vilaine plaie. Je lai regard avec une telle insistance quelle la remarqu et ma expliqu lorigine de sa cicatrice.
Blaidd ne rpondit rien et se choisit une belle pomme dans laquelle il mordit.
As-tu une ide de ce que le roi va faire delle ?
Je nen sais rien. Jen ai parl avec Gervais Fitzroy. Il pense que, si je me porte garant de sa loyaut, elle ne sera pas accuse de trahison. Si elle est place sous la tutelle royale, Henry disposera de tous ses biens et cela devrait linciter la clmence.
Ça ne serait pas une mauvaise solution, nest-ce pas ?
Blaidd haussa les paules.
Jusquau jour o il dcidera de la marier un baron de son choix ou lun des protgs de la reine. Sous peine dtre souponne de flonie, Rebecca ne pourra pas refuser.
Oui, cest vrai, mais du moins chappera-t elle au risque dtre condamne mort ou emprisonne vie.
Mais elle perdra sa libert , pensa en lui-mme Blaidd.
Il faudra que le roi lui tablisse une dot considrable sil veut quelle trouve se marier, commenta Kynan. Je nen connais pas beaucoup qui seraient prts pouser la fille dun tratre qui, de plus, porte une pareille cicatrice au visage.
Les motions que Blaidd essayait de contenir depuis plusieurs jours se murent en une terrible colre. Il jeta sur la table le trognon de pomme, puis bondit de son sige comme sil allait livrer bataille.
Nvoque plus jamais devant moi cette cicatrice !
Kynan le dvisagea sans croire ce quil venait dentendre.
Blaidd ! Mais enfin que se passe-t il ?
Il carquilla les yeux alors que lvidence lui apparaissait enfin.
Tu laimes, cest cela ?
Aprs un silence, Blaidd rpondit :
Jprouve pour elle du respect et de ladmiration.
Je crois que cest plus fort que a, rpondit Kynan en regardant son frre dans les yeux. Tu laimes, purement et simplement.
Tu aurais donc le don de lire dans le cur des autres ? rtorqua Blaidd, ironique, en croisant les bras sur la poitrine. Cest nouveau, a !
Je ne sais pas si je peux lire dans ton cur, mais, sil est une chose dont je suis certain, cest que tu es trs proccup par elle. Un peu trop, me semble-t il, pour quelquun qui nprouve que du respect et de ladmiration. Que sest-il pass l-haut, dans le nord du royaume, Blaidd ? Que sest-il vraiment pass ?
Je te lai dj dit.
Kynan secoua la tte en signe de dngation.
Tu ne mas pas tout dit, loin sen faut. Je ne tai jamais vu dans cet tat danxit et de nervosit. Quelque chose a transform mon aimable et charmant frre en un ours mal lch ! Mais peut-tre devrais-je imputer ce changement une femme ?
Tu me fatigues ! Change de sujet.
Ah ! Bon ? Ça encore, cest nouveau. Tu ne mas jamais parl dans le dtail de tes succs fminins, mais, du moins
Assez, Kynan ! dit Blaidd en frappant la table de ses poings.
Calme-toi. Jai encore une question. Est-ce que tu laimes ?
Blaidd se tut, mais Kynan lut dans son regard la rponse quil attendait.
Nom dun chien, Blaidd ! Tu nas quand mme pas lintention de lpouser ?
Kynan avait vu de nombreuses fois son frre entrer en lice. Il connaissait son visage de guerrier. Il avait dj vu dans son regard cette dtermination dacier quil tait impossible de faire plier et qui faisait de lui un jouteur hors pair. Or, cette dtermination tait bien l, dans le regard brun de Blaidd, lorsquil lui rpondit :
Quest-ce que cela peut te faire, si cest mon choix ?
Lair effar, Kynan, qui stait lev pour se rapprocher de son frre, se laissa retomber lourdement sur le premier sige venu.
Tu ne parles pas srieusement ! Que dira notre pre ? Et notre mre ? Sans parler du roi ! Oublies-tu quelle est la fille dun flon ? Que son pre complotait pour renverser Henry ? Tu le sais pourtant mieux que quiconque.
En effet, reconnut Blaidd avec un soupir. Cest moi qui ai tu le comte. Mme si cette mise mort tait justifie en raison de ses activits, cest moi qui lui ai port le coup fatal. Moi galement qui ai rvl Rebecca qui tait vraiment son pre aprs lui avoir menti pour mieux conduire mon enqute. Sa sur a fui au Danemark en grande partie cause du malheur qui sest abattu sur leur famille par ma faute. Et prsent, par ma faute encore, lavenir de Rebecca est entre les mains dHenry auquel je lui ai conseill dobir sans sourciller si elle tenait la vie. Alors, calme-toi, toi aussi, mon cher frre. Mme si Henry maccordait sa main, comment pourrait-elle avoir des sentiments pour moi aprs tout le mal que je lui ai fait ?
Lexpression de Kynan sadoucit. Il tait manifestement soulag par tous les obstacles que venait dnumrer Blaidd.
Je suis dsol que tu prouves autant de remords ce sujet, mais, franchement, Blaidd, ce mariage aurait t impossible. Quoi quon dise et quelle que soit la dcision du roi, aprs le jugement elle sera notoirement la fille dun tratre. Alors, rjouis-toi si elle ten veut et ne souhaite pas devenir ta femme. Tu nas fait quaccomplir ton devoir Throckton. Tu nas aucun reproche te faire. Ouvre les yeux et regarde autour de toi. Il y a plthore de jolies femmes la cour et je suis sr quil y en a plus dune qui soit prte te consoler si tu lui en laisses le loisir.
Lair dgot, Blaidd gagna la porte.
On voit bien que tu nas jamais t amoureux, lana-t il en ouvrant brusquement la porte, sinon tu ne profrerais pas de pareilles btises !

 
 

 

   ** **  
16-02-10, 12:59 AM   : 32
:
:



: Feb 2008
: 62940
: 1,520
: ** **    ** **    ** **
: 247

Italy
 

 

:
** **
:

: ** ** :

 

chapitre 18

Rebecca se retourna en entendant la porte de sa chambre souvrir brutalement.
Blaidd semblait furieux. Son regard tait noir lorsquil claqua la porte derrire lui.
Me hassez-vous, Rebecca ? demanda-t il sans autre prambule.
Elle tait si surprise par sa brusque arrive et sa question quil lui fallut un moment avant de balbutier :
Mais non Bien sr que je ne vous hais pas.
Il laissa tomber les bras le long du corps.
Je le comprendrais trs bien, si ctait le cas.
Elle le considrait sans croire la ralit de la scne, alors quil laissait chapper ces mots :
Jai gch votre vie. Jai tu votre pre ; votre sur a fui avec un Danois en consquence de sa mort ; et, cause de mes accusations, vous risquez de perdre votre titre et votre domaine, et vous vous voyez en outre dans lobligation de vous plier au joug du roi.
Il se tenait pour responsable de tout ce qui stait pass ! Elle nen attendait pas tant de lui.
Ce nest pas vrai, Blaidd ! dit-elle avec toute la sincrit dont elle tait capable. Cest le comte de Throckton qui a dtruit notre vie, Laelia et moi, et non vous. Cest lui qui a conspir contre la couronne.
Elle avana lentement vers lui, sans sabandonner tout fait la joie, mais lespoir renaissait en elle telle une fleur rare.
Vous navez fait que vous dfendre contre le comte qui voulait vous poignarder dans le dos et, en le tuant, vous mavez sauv la vie.
Je vous ai cach les vrais motifs de ma venue Throckton et
Oh ! Blaidd, je vous en prie, interrompit-elle en prenant ses mains dans les siennes. Ne croyez-vous pas que je comprends que vous deviez obir aux ordres du roi ? Quen qualit de fidle chevalier vous naviez pas dautre option que de faire sa volont ? Que votre sens de lhonneur vous imposait de dnoncer une conspiration contre votre souverain ? Comment pourrais-je vous har pour ces raisons ? Ce serait injuste de ma part.
Il scrutait son visage, incrdule, et elle voyait bien quil ntait plus le guerrier invincible quelle avait eu si souvent devant elle, mais un homme comme les autres, vulnrable, qui craignait son jugement.
En ce qui concerne mon pre, en outre, reprit-elle, jai le plaisir de vous apprendre quil est bien vivant.
Blaidd la regarda comme si elle perdait la tte.
Je ne suis pas la fille du comte de Throckton, reprit-elle. Il me la dit lui-mme juste avant de tenter de me tuer. Cest Dobbin, mon pre.
Dobbin ? rpta Blaidd, incrdule.
Oui. Je suis une btarde. Ma mre tait bien la comtesse de Throckton mais elle ne ma pas eue avec le comte. Mon gniteur est un simple sergent. Je ne voulais pas vous le dire car jentends pouvoir dfendre la cause des sujets du comte. Or, je ne le puis quen qualit de fille. Je dirai au roi avec toute la conviction qui mhabite que personne ntait au courant des ambitions de mon pre, que nous sommes tous innocents et que je ritre au nom de tous notre serment dallgeance la couronne.
Blaidd ne semblait toujours pas convaincu.
Mais si ce que vous me dites est vrai, pourquoi le comte vous a-t il reconnue comme sa fille ?
Elle comprenait que Blaidd ft si mfiant aprs ce quil venait de voir Throckton.
Il ne supportait pas que lon st que sa femme stait donne un vulgaire soldat. Mais je crois que ce quil ma dit est vrai. Je ne comprends pas, toutefois, pourquoi je ne lai pas compris moi-mme bien plus tt, tant donn la faon dont Dobbin ma toujours traite.
Elle joignit les mains comme pour une prire.
Je vous en supplie, Blaidd, ne dites rien au roi. Sil apprend que je nai aucun droit sur Throckton, il va le donner lun de ses barons et je ne pourrai pas massurer que les domestiques, les paysans et les gardes seront bien traits.
Elle leva sur lui des yeux pleins damour et despoir.
Garderez-vous mon secret ?
Blaidd se mit aller et venir dans la chambre dun air soucieux.
Si je lui dis la vrit, Henry considrera que vous ntes pas digne dtre place sous sa tutelle. Il confisquera Throckton et tous les biens qui lui sont attachs, et vous vous retrouverez sans rien. Et puis il y a la honte
Je ne suis pas honteuse dtre la fille de Dobbin ! protesta Rebecca.
Blaidd sarrta net et eut lun de ces sourires charmeurs qui ne manquaient jamais de la plonger dans un profond moi.
Vous nauriez, en effet, aucune raison de ltre. Certains des meilleurs amis de mon pre sont des btards.
Son regard se mit briller lorsquil poursuivit :
Tout bien pes, sil ne sagissait que de moi, je crois que je dirais la vrit Henry. Vous vous retrouveriez sans un sou et certaines personnes dont lopinion nous importe peu, au demeurant, vous regarderaient avec condescendance, mais la fille btarde dun simple sergent ne serait pas considre comme une menace pour le trne. Vous auriez perdu votre titre et votre chteau, mais vous seriez libre dpouser qui vous voulez.
Elle rprima un soupir. La libert la tentait, certes, mais elle avait des responsabilits assumer.
Je dois penser tous les gens de Throckton, Blaidd. Que vont-ils devenir ?
Blaidd resta pensif un moment avant de rpondre :
Je crois quentre Gervais Fitzroy, le frre an de Trevelyan, et moi-mme, nous pourrions probablement persuader Henry de donner le domaine un homme juste qui agira en bon seigneur. Gervais connat beaucoup de monde. Je suis certain que nous arriverions trouver plusieurs candidats de qualit. Il ny a pas lieu de vous inquiter pour vos gens, Rebecca. Il est temps, surtout, de penser votre propre bonheur.
Pour quil ne puisse lire dans son regard et pour retrouver son calme, elle scarta de lui et traversa la pice.
Il reste toujours le couvent, dit-elle sans conviction. Il faudra quils macceptent telle que je suis, sans dot.
Jai une autre suggestion, dit Blaidd de sa voix belle et grave, emplie de promesses.
La jeune fille ne put empcher son cur de tressaillir de joie alors quun espoir fou la submergeait. Elle se tourna vers lui, le souffle court, et le vit sapprocher lentement delle.
Pouvez-vous encore me faire confiance aprs tout le mal que je vous ai fait ? demanda-t il avec douceur en lui prenant les mains.
Cest moi qui ai eu tort de ne pas vous croire lorsque vous mavez fait part de vos soupons lgard du comte, rpondit-elle dans un souffle.
Alors, vous pouvez me faire confiance ?
Oui.
Et vous ne me hassez pas ?
Non.
Il y eut un bref silence, puis Blaidd, le regard brillant, murmura :
Je vous aime, Rebecca. Est-il possible que vous ayez encore des sentiments pour moi ?
Le cur de la jeune fille se dilata. Blaidd Morgan, le meilleur des chevaliers, se tenait devant elle, lhumble Rebecca, fille dun simple soldat, et il lui offrait son amour.
Bien sr, Blaidd, rpondit-elle avec ferveur. Je vous aime de tout mon cur.
Ils restrent un moment dans une bulle de passion, smerveillant de cet amour quils osaient enfin savouer et qui mettait une lumire et une douceur infinies dans leurs regards. Puis, sans savoir comment, Rebecca se trouva dans les bras de son aim, ses lvres scelles aux siennes.
Transporte de bonheur, elle se serra contre lui comme si elle ne voulait plus jamais sen dtacher.
Je ne pourrais pas en pouser une autre que vous, Rebecca, murmura-t il en couvrant sa joue de petits baisers. Voulez-vous de moi, mon amour ?
La question ne se pose pas, rpondit-elle, blouie. Oh ! oui
Il releva dlicatement une mche de cheveux qui retombait sur le front de la jeune femme, la faisant sursauter.
Ce nest rien, dit-il en passant doucement le doigt sur sa cicatrice. Je ne la vois pas et, de toute faon, elle fait partie de vous. Je ne vous ai connue quainsi, et je ne vous veux pas autrement.
Il lembrassa de nouveau, puis insista :
Il faut quand mme que nous ayons notre audience avec le roi.
Je lui prterai tous les serments de fidlit quil voudra pourvu quon ne me spare pas de vous, rpondit-elle. Le fait que vous me demandiez en mariage devrait suffire carter ses doutes sur la sincrit de mon allgeance la couronne.
Une ombre glissa sur le visage de Blaidd.
Mme sil reconnat que vous ne reprsentez pas un danger pour son trne, il pourrait avoir des vues particulires sur la personne quil aimerait me voir pouser.
Rebecca lui jeta impulsivement les bras autour du cou.
Je ne vois quun seul moyen, seigneur chevalier, qui rendrait plus difficile au roi de sopposer votre choix. Que diriez-vous de faire de moi votre femme, cette nuit ? Lhonneur nexigerait-il pas que nous nous unissions ensuite devant Dieu ?
Elle avait raison Ou, du moins, ce quil y avait de plus primitif en lui le proclamait. Si elle se donnait lui, le roi ne pourrait pas leur refuser le mariage. Une autre part de lui-mme, cependant, plus rationnelle, mettait des doutes ce sujet. De nombreux gentilshommes, en effet, sunissaient des jeunes femmes quils npousaient pas pour autant. Je lai moi-mme fait, jadis, songea-t il. Votre suggestion me tente, mon amour. Oh, Dieu sait combien elle me tente, mais
Je veux me donner vous, Blaidd, cette nuit, dit Rebecca doucement mais avec fermet. Quoi quil arrive, jaurais t votre femme pendant quelques heures. Je vous en prie, ne me repoussez pas.
Comment aurait-il pu refuser ? Il en tait tout simplement incapable.
Je veux vous pouser, Rebecca, et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour y parvenir.
Elle posa un doigt sur ses lvres.
Je le sais. Je vous crois. Je vous fais absolument confiance.
Mais Blaidd ne pouvait pas accepter ce prix le cadeau magnifique que la jeune fille voulait lui faire. Il y avait un sacrifice suprme quil tait prt faire pour partager avec elle tous les jours de sa vie.
Si le roi soppose notre mariage, je renoncerai mon titre et tous les privilges qui lui sont associs. Il ne pourra pas mempcher de vous pouser si jaccepte de devenir un simple soldat son service.
Vous feriez cela pour moi ? demanda-t elle, incrdule.
Il lui caressa la joue comme il lavait fait la premire fois o ils avaient t seuls, tous les deux, dans la chapelle de Throckton, et le mme frisson de dsir et dimpatience parcourut Rebecca.
Sans aucun regret, mais voudriez-vous dun mari qui ne serait quun sergent cheval ?
Nest-ce pas la fonction de mon vrai pre, Dobbin, que jai dailleurs toujours aim comme un pre ? Je prfrerais cent fois vivre avec vous dans une chaumire que dans un palais avec nimporte lequel des barons.
Blaidd avait foi en ce quelle disait, et les derniers doutes, bien tnus, qui hantaient encore son cur se dissiprent. Rebecca tait la femme avec laquelle il passerait tout le reste de sa vie, et personne, pas mme le roi, ne len empcherait.
Convaincu de son choix et conscient de lengagement que reprsentaient les gestes qui allaient suivre, il cessa de lutter contre le feu du dsir qui embrasait tous ses sens et sabandonna lindicible joie que lui donnait la prsence de la jeune femme.
Elle tait contre lui, douce et fminine dans sa cotte de velours.
Il lembrassa de nouveau et il sentit quelle se dtendait, sappuyant librement contre lui tandis quil se rassasiait de ses lvres. Elle les entrouvrit, se laissant enivrer par ses baisers tel point quelle neut aucun sursaut de pudeur lorsquil dfit les lacets de sa robe et que le vtement glissa au sol.
Comme elle tait belle ! smerveilla Blaidd en laissant glisser ses mains sur le dos de la jeune fille. Comme il dsirait sentir son corps dnud sous ses doigts, la caresser et la couvrir de baisers jusqu ce quelle nen puisse plus et le supplit de la prendre
Elle le regardait, confiante, alors quil lui retirait lentement sa chemise, faisant apparatre ses paules blanches, ses bras ronds, sa gorge pleine aux aroles dun rose sombre
Blaidd ne put rsister plus longtemps. Il baissa la tte pour butiner les pointes dresses. La jeune fille, dont la respiration stait brusquement arrte, laissa chapper un soupir, puis un gmissement, alors que le chevalier poursuivait sa dlicieuse torture.
Elle nen pouvait plus Prenant le visage de Blaidd entre ses mains, elle lobligea se redresser et, avec la hardiesse dune femme amoureuse, baisa ses lvres avec une impatience qui fit surgir en lui un dsir primitif et violent.
Il lui rendit son baiser avec la mme fougue tout en la caressant, la poussant aux dernires limites du supportable. Cdant son tour au dsir brlant quelle prouvait de sentir la peau de Blaidd contre la sienne, elle dfit les lacets de sa tunique et glissa les mains sous ltoffe, lui arrachant, son tour, un gmissement.
Interrompant leur baiser, il retira sa tunique. Rebecca se tenait devant lui, moiti dnude prsent, les cheveux dfaits tombant sur les paules, son regard bleu tremblant, vacillant de plaisir entre ses longs cils
Jamais il navait connu un tel dsir pour une femme.
Il la prit dans ses bras. Seules la camisole de Rebecca et ses propres chausses sparaient dsormais leurs corps impatients. Il sentait la gorge ronde de la jeune femme contre sa poitrine, et il ne doutait pas quelle ft consciente, elle aussi, de sa force mle.
Comme pour confirmer son intuition, elle se mit onduler contre lui
Puis, soudain, elle recula dun pas. Lespace dun instant, Blaidd crut quelle changeait davis, mais il se rassura vite en la voyant faire glisser la camisole blanche sur ses hanches et ses jambes. Baigne par la clart de la lune, elle tait maintenant compltement nue.
Rebecca, murmura Blaidd, vous sortez peine dune blessure srieuse. Je ne voudrais pas vous faire mal. Il faut marrter tout de suite si cest douloureux.
Vous serez trs doux avec moi, nest-ce pas ?
Oui, bien sr, mais on ne peut jamais tre vraiment certain de ne pas se montrer un peu plus brusque certains moments
Cela na pas dimportance, dit-elle en lui caressant la joue. Je me donne vous, seigneur chevalier, corps et me pour tout le reste de ma vie. Prenez-moi comme je suis.
Moi aussi, je vous appartiens, ma damoiselle. Quoi quil arrive, vous serez toujours ma bien-aime.
Alors, aimez-moi, maintenant, Blaidd. Tout de suite ou je pousse des cris qui vont ameuter tous les gardes du palais !
Hum ! Je ne puis prendre ce risque, rpondit plaisamment Blaidd en la soulevant dans ses bras pour la porter sur le lit.
Il se dbarrassa de ses derniers vtements et stendit prs delle. Glissant un bras autour de ses paules, il la serra contre lui tandis quil la caressait de sa main libre, bloui par la douceur de sa peau.
Nayez pas peur, je serai trs tendre, murmura-t il en se penchant sur elle pour lembrasser.
Elle sourit dans lombre, comble. Elle tait sre de son amour et ne doutait pas quil serait toujours son ct. Elle pouvait sabandonner sans arrire-penses ses caresses et ses baisers.
Elle se mit son tour explorer son corps magnifique, suivre le dessin parfait de ses muscles, sarrtant sur ses mamelons, comme il lavait fait pour elle. Les sentant durcir, elle y porta les lvres, les butina
Blaidd gmit, se laissa retomber en arrire, et, grise de se dcouvrir un tel pouvoir sensuel, elle en profita pour se jucher sur lui.
Il carquilla les yeux.
Rebecca, que ?
Chut ! Seigneur chevalier, dit-elle en mettant un doigt sur sa bouche. Nous ne voudrions pas ameuter les gardes, nest-ce pas ?
Elle lui prit les poignets quelle maintint au-dessus de sa tte, puis sinclina vers lui, effleurant des seins son torse viril. Il se cambra, et Rebecca oppresse sentit sa virilit palpiter contre son ventre.
Ils se regardrent en silence, dans la pleur diapre de la lune, et lair sembla vibrer entre eux.
Cest mon tour de mener le jeu, ma damoiselle, dit Blaidd dans un souffle en se redressant.
Il la fit pivoter sur le dos et se glissa entre ses jambes. Puis, imitant les gestes que venait davoir la jeune fille avec lui, il la couvrit de baisers et de caresses. Elle ondulait, soupirait, haletait de plaisir, mais elle sentait que son corps dsirait davantage.
Comme sil devinait son attente, ses gestes se firent plus audacieux, plus prcis. Rebecca sentit crotre en elle une attente diffuse, imprieuse. Elle se souvenait davoir prouv la mme sensation enttante dans les bras de Blaidd, Throckton, puis cette libration merveilleuse
Il simmobilisa un instant, cessa de la caresser. Rebecca ouvrit la bouche pour le supplier de continuer, mais elle nen eut pas besoin car il stendit sur elle et, cette fois, ce fut son sexe quelle sentit contre elle et, bientt, en elle
Naie pas peur Je vais venir trs doucement, promit-il de sa voix chaude.
Il lui sourit.
Regarde-moi et dtends-toi, Rebecca, mon amour. Tu sais que je taime
Il vint un peu plus profondment en elle.
Et que je taimerai toujours
Une pousse plus forte et il fut en elle, compltement. Elle retint son souffle, enfona les ongles dans son dos.
Cest trop ? Faut-il que je me retire ?
Non Continuez. Faites de moi votre femme totalement Je vous en prie, Blaidd.
Elle noua les bras autour de son cou et lembrassa avec passion, le librant de toute retenue et de tout scrupule. Il se mit aller et venir en elle, doucement, lentement
Aprs quelques instants, Rebecca, submerge de sensations merveilleuses et enivrantes, oublia son inconfort passager. Il lui semblait, pour la premire fois de sa vie, quelle connaissait une totale plnitude. Et elle partageait cet indicible plaisir avec Blaidd. Ils taient si unis, corps et mes, quil lui semblait quils ne formaient plus quun seul et mme tre.
Les paupires closes, le souffle rapide, Rebecca sentait monter en elle une tension sans prcdent alors que Blaidd se mouvait en elle de plus en plus vite
Soudain, la tension cessa et elle fut souleve par une succession de vagues voluptueuses Ils crirent leur extase lunisson.
Haletant, Blaidd posa la joue contre la poitrine de la jeune femme.
Oh, mon Dieu ! Rebecca, murmura-t il enfin. Ctait merveilleux Je nai jamais rien connu de semblable Je vous aime.
Elle repoussa en arrire les cheveux de Blaidd qui lui couvraient le visage.
Ctait extraordinaire, dit-elle. Moi aussi, je vous aime.
Jespre que je ne vous ai pas fait mal. Si la plaie se rouvrait cause de moi, jen serais fort marri. Et Dobbin ne me le pardonnerait jamais.
Il ny a pas de danger quant cela. Dobbin ma parfaitement soigne. Et puis, il vous aime bien.
Elle lui sourit et sarqua contre lui. Elle le sentait toujours en elle et, dj, il retrouvait sa vigueur.
De toute faon, si je lui dis que vous mavez donn tout le bonheur du monde, il ne pourra que vous pardonner.
Sil apprend que vous avez t mienne avant le mariage, il risque vraiment dtre furieux contre moi et, alors, je ne voudrais pas tre en face de lui !
Dans ce cas, je ne lui dirai rien.
Elle prit son visage entre ses mains et chuchota voluptueusement :
Maintenant que vous mavez fait dcouvrir le plaisir, je crois que je vais y prendre got. Y voyez-vous un inconvnient ?
Non, au contraire.
Il joignit ses lvres celles de la jeune femme qui lenlaa avec feu.

 
 

 

   ** **  
22-02-10, 11:34 PM   : 33
:
:



: Feb 2008
: 62940
: 1,520
: ** **    ** **    ** **
: 247

Italy
 

 

:
** **
:

: ** ** :

 

chapitre 19


Kynan hsita devant la porte de la chambre de Rebecca puis, levant le poing, il y frappa doucement. Ce ntait pas lui de la rveiller, mais il lui semblait que ctait son devoir de le faire dans la mesure o le jour tait dj lev et quil serait bientt lheure de laudience avec le roi.
Il avait cherch Blaidd partout, en vain, et la servante de la damoiselle de Throckton tait tout aussi introuvable. Or, il fallait bien que quelquun prvnt Rebecca que lheure tait venue de se prparer comparatre devant le souverain.
Il frappa de nouveau. Aucune rponse. Pas un bruit.
Il tait ridicule de ne pas oser se manifester de faon plus audible. Elle ne lui en voudrait certainement pas de sassurer quelle ne serait pas en retard une audience royale.
Il frappa plus fort et cria :
Ma damoiselle ! Etes-vous rveille ?
Il colla loreille la porte et cria de nouveau :
Ma damoiselle ?
Il y eut comme un bruit de lutte. Sans attendre un instant, il tira son pe et ouvrit brusquement la porte.
Blaidd, courb en deux, avait une jambe dans ses chausses tandis que la jeune fille tirait prcipitamment la courtepointe sous son menton.
Oh ! Mon Dieu ! Je suis dsol ! dit Kynan avant de quitter rapidement la pice et de claquer la porte derrire lui.
Lpe toujours la main, il sadossa au battant pour reprendre sa respiration et faillit tomber la renverse lorsque, soudain, la porte se rouvrit.
Il russit recouvrer son quilibre et, tournant les talons, se trouva face face avec Blaidd qui avait fini denfiler ses chausses et pass sa tunique. Les bottes dans la main gauche, il avait jet sur son bras son baudrier.
Rebecca, assise dans le lit, souriait. Avec ses cheveux bruns en libert qui formaient des vagues souples et soyeuses autour de son visage et de ses frles paules, elle tait si charmante que Kynan comprit soudain mieux les sentiments de son frre pour la jeune femme.
A cet instant, cependant, il tait vident que Blaidd ntait pas dhumeur avoir une conversation sur la femme de sa vie. Il houspilla Kynan et le poussa dehors sans mnagement.
Tu aurais pu attendre quon te dise dentrer !
Oui, certes, je suis dsol de vous avoir drangs. Jaurais voulu envoyer votre servante, mais je nai pas russi la trouver. Et toi aussi, videmment, tu ntais nulle part. Je minquitais car le temps passe et lheure de votre audience avec le roi
Nom dun chien ! Javais oubli le roi !
Il se tourna vers la premire fentre.
Quelle heure est-il ?
Presque 9 heures.
Sacrebleu ! marmonna Blaidd en laissant tomber ses bottes au sol pour passer son baudrier. Pourquoi ne mas-tu pas rveill plus tt ?
Je laurais peut-tre fait si javais su o tu tais.
Blaidd se figea et rougit, non pas de colre mais de gne.
Je ne savais pas que je passerais la nuit ici, dit-il avant de se pencher pour enfiler ses bottes.
Kynan le regardait dun air grave.
Il y a autre chose aussi.
Blaidd releva les yeux.
Quoi ?
Nos parents viennent darriver.
A Westminster ? Pourquoi maintenant ?
Pour me rendre visite.
Pourquoi ne mas-tu pas prvenu de leur arrive ?
Parce que je ne savais pas exactement quand ils seraient l. Ils ont t rapides, mais ils auraient fort bien pu ne pas arriver avant huit jours.
Il disait vrai. Personne ne pouvait savoir prcisment combien de temps durerait le voyage des marches du pays de Galles Londres. Tant de facteurs entraient en jeu : le temps, ltat des routes, la rsistance des chevaux, les dangers
Cest peut-tre une bonne chose, dit Blaidd. Le plus tt ils feront connaissance avec la femme que jenvisage dpouser, le mieux ce sera.
Kynan le fixait de son regard brun galement.
Elle a dit oui ?
Un sourire claira le visage de Blaidd.
Plus que a ! rpondit-il en donnant une tape sur lpaule de son frre. Jespre quHenry ne sy opposera pas. Enfin, nous avons envisag toutes les solutions. Il pourra difficilement dire non. O sont les parents ?
Chez les Fitzroy.
Je naurai pas le temps de les voir avant laudience. Dis-leur que jirai leur rendre visite aprs.
Blaidd se tourna vers la porte de la chambre, mais avant de louvrir, il lana par-dessus son paule :
Ne leur dis rien au sujet de Rebecca. Je prfre quils la dcouvrent pendant laudience, puis je leur parlerai.
Kynan ouvrit ses mains, comme pour se dcharger dun fardeau.
Naie aucune crainte, grand frre. Je te laisse volontiers cette mission.
Et il sloigna.
Jespre quil na pas t trop choqu ? demanda Rebecca lorsque Blaidd sapprocha du lit. Il avait lair extrmement embarrass.
Blaidd se pencha sur elle pour lui effleurer les lvres dun baiser.
Il sen remettra. Et maintenant, mon amour, levez-vous sinon nous serons en retard pour notre audience avec le roi.
Elle obit puis simmobilisa, trouble par lexpression du visage de Blaidd.
Il y a de mauvaises nouvelles, cest cela ? demanda-t elle, inquite soudain. Vous navez pas de regret de ce que nous
Non, aucun, rpondit-il en lui caressant la joue. Cette nuit a t merveilleuse et, aprs ces moments exquis, jai encore plus envie que la veille de vous pouser. Il sagit seulement de mes parents. Ils viennent darriver Westminster et le moins quon puisse dire, cest que je ne mattendais pas du tout les voir maintenant.
Oh ! dit Rebecca en se recroquevillant sur elle-mme.
Elle nosait imaginer la faon dont ragiraient les parents de Blaidd lorsque leur fils leur annoncerait quil pousait la fille dun flon.
Il sourit, rassurant.
Ne vous inquitez pas. Ds quils vous verront, ils comprendront mon choix. Et maintenant, allons nous prparer.
Rebecca hocha la tte en essayant de ravaler son angoisse.
Au mme moment, on frappa prcipitamment la porte puis Meg entra comme un tourbillon.
Oh ! Ma damoiselle ! Pardonnez-moi dtre aussi en retard ! Je ne pensais pas
Elle sarrta brusquement, sa bouche formant un O de stupeur alors quelle dcouvrait sa matresse dvtue et, prs delle, Blaidd.
Je vous attends dans la pice voisine, ma chrie, dit ce dernier. Soyez aussi rapide que possible.
Il fit un signe de bonjour Meg dont lexpression choque venait de cder la place un sourire radieux.
Ds que le chevalier fut sorti, la servante, toute frmissante de joie, se prcipita sur Rebecca.
Il va vous pouser, nest-ce pas ? Je savais quil vous aimait ! Il va vous rendre si heureuse !
Rebecca navait aucune envie de contredire sa domestique, aussi lui sourit-elle avant de prendre une expression quelle essaya de rendre svre.
O tais-tu ?
Aussitt dgrise, Meg rosit.
Oh ! moi, ma damoiselle ? Jai dormi tard. Je ne me suis pas rveille.
O as-tu dormi ?
Elle devint cramoisie.
Dans le palais, bien sr.
Seule ?
Non, mais il ne faut pas vous faire de mauvaises ides, ma damoiselle ! scria-t elle en se tordant les mains. Vraiment ! Nous parlions simplement, Trevelyan et moi, et nous tions trs fatigus. Aprs, je ne sais plus ce qui sest pass, sinon que je me suis rveille la tte sur son paule.
Trevelyan ? rpta Rebecca.
Meg acquiesa de la tte.
Cest un gentilhomme comme le chevalier Morgan. Il na jamais rien fait dinconvenant. Il voulait parler avec moi, rien dautre. Je ne laurais pas laiss faire, dailleurs.
Ce nest pas moi de te jeter la pierre, Meg, dit Rebecca en se levant. Et maintenant, aide-moi passer la plus belle des robes de Laelia. Je dois tre la plus lgante possible pour me prsenter devant le roi.
Ainsi que devant les parents de Blaidd, qui ne la considreraient peut-tre jamais autrement que comme une intrigante
Au bras de Blaidd, Rebecca svertuait ne pas trahir sa peur alors quils approchaient de la grande salle des audiences royales, mais elle aurait t encore beaucoup plus tendue si elle avait d comparatre seule devant Henry. Au moins, elle tait certaine, prsent, de lamour de Blaidd et ne doutait pas quil ft prt lui consacrer toute sa vie.
Jai limpression quil vaudrait mieux que vous me laissiez parler en votre nom, dit Blaidd alors quils approchaient des lourdes portes de chne, devant lesquelles se tenaient deux gardes arms en cotte de mailles. Vous pourrez rpondre au roi sil vous interroge, bien sr, mais sinon laissez-moi plaider votre cause. Je le connais bien et il me fait confiance.
Rebecca acquiesa. Elle doutait tellement delle cet instant quelle craignait de ne pas tre capable de prononcer un mot devant le souverain et sa cour.
Aprs les avoir dvisags, lun des gardes reconnut Blaidd et leur ouvrit les portes. Rebecca respira fond et rassembla son courage.
Elle fut stupfaite devant limportance de lassemble. Hommes et femmes, richement vtus de somptueuses toffes aux couleurs vives, rouges, vertes et bleues, et portant colliers, bracelets et anneaux dor et dargent, orns pour certains de pierres prcieuses, salignaient de part et dautre dune interminable alle centrale au bout de laquelle se dressait une estrade o taient disposs deux trnes surmonts dun dais.
Le roi et la reine y taient assis. Ils semblaient tous les deux fort jeunes, elle plus encore, et visiblement enceinte.
Alors quils remontaient lalle, Rebecca se sentait horriblement fruste, ridicule et mal fagote. Par contre, elle avait conscience que Blaidd tait magnifique dans sa tunique de velours noir, ses hauts-de-chausses noirs galement et ses bottes luisantes. Il se tenait droit, le port altier, lallure parfaitement royale. Il semblait manifestement chez lui sous les hautes votes de ce palais alors quelle ntait chez elle qu Throckton, en compagnie de Dobbin et de Rowan qui elle donnait des ordres pour la prparation des repas.
Blaidd lui couvrit la main de la sienne pour la rconforter. Elle leva les yeux vers lui et vit quil lui souriait dun air confiant et amoureux. Elle se sentit un peu plus sre delle jusquau moment o il marqua un petit temps darrt.
Elle regarda dans la mme direction que lui et vit Trevelyan ct dun jeune homme qui devait tre son frre. Un couple plus g, leur suite, sur le mme rang, posait sur elle et Blaidd un regard si intense quil en devenait dconcertant.
Ce sont mes parents, murmura-t il ladresse de la jeune femme, qui nota aussitt la forte ressemblance entre Blaidd et son pre.
Elle pouvait ainsi se reprsenter quoi ressemblerait son mari dans vingt ans. Les traits empreints de sagesse, une chevelure argente et une ternelle sveltesse. Quant la mre de Blaidd, elle tait dabord et avant tout trs belle, dune beaut qui surpassait encore celle de Laelia au mme ge.
Soyez le bienvenu parmi nous, messire Blaidd ! cria le roi distance.
En entendant la voix du souverain, Rebecca dirigea toute son attention vers Sa Majest et la reine qui ntaient qu quelques pas deux. Ils reprirent leur marche et, arrivs au pied de lestrade, sinclinrent devant le couple royal.
Je suis trs heureux dtre de retour auprs de vous, Sire ! dit Blaidd en se redressant, un sourire aux lvres. Et je constate avec joie que notre reine porte un hritier. La maternit vous va ravir, Votre Majest !
La reine sourit, et qui aurait pu len blmer ? La voix profonde et grave de Blaidd confrait son compliment un charme supplmentaire.
Le roi parut tout aussi charm de cette remarque, mais il changea brutalement dexpression lorsquil dclara :
Jai t inform des tragiques vnements qui se sont drouls Throckton.
Puis, tournant son attention vers Rebecca :
Je suppose quil sagit de la plus jeune fille du comte de Throckton ?
Oui, en effet, Votre Majest. Cest Rebecca de Throckton, votre trs loyal sujet.
Cest vous qui le dites, chevalier.
Cest ce que je sais et pense delle, Votre Majest.
Les sourcils bruns dHenry se soulevrent dun air interrogateur.
Vous avez la preuve de sa loyaut, nest-ce pas ?
Sa prsence ici en est une ainsi que son empressement vous faire le serment dallgeance qui vous conviendra.
Sont-ce l vos intentions, ma damoiselle ?
Oui, Sire.
Le roi dirigea son regard sur Blaidd.
Il se pourrait quelle soit aussi retorse que son pre et ne soit venue Westminster que pour mieux mabuser. Un serment nest, au fond, que quelques paroles jetes au vent.
Souverain ou non, cet homme insultait son honneur en laissant entendre quelle ne serait pas fidle sa parole. Oubliant les recommandations de Blaidd, Rebecca avana dun pas.
Votre Majest, dit-elle avec fermet. Je vous assure que je suis une honnte femme et que je place mon honneur aussi haut que nimporte qui dans cette cour.
Les sourcils du roi se relevrent plus encore.
Vraiment ?
Oui, Sire. Et pour confirmer ce que je viens de vous dire, sachez que je ne suis pas la fille du comte de Throckton.
Un murmure dtonnement et de curiosit parcourut lassemble alors que le roi et la reine, eux-mmes, paraissaient dconcerts. Blaidd, ct delle, donnait des signes dinquitude, mais elle poursuivit sans y prter attention :
Je suis la fille de la seconde comtesse de Throckton, Deborah dAmperville, et de lhomme quelle aimait.
Voudriez-vous dire ces nombreux et illustres seigneurs que vous ntes quune btarde ? demanda la reine, incrdule. Dans quel but ?
Pour quon ne croie pas reconnatre en moi les dfauts de mon pre prsum.
Mais si vous ntes pas la fille du comte, vous navez aucun droit sur la terre de Throckton ni sur aucun des autres biens de ce flon, dclara le roi.
Jen suis consciente.
Nous ne vous prendrons pas sous notre tutelle et vous serez laisse sans aucune ressource.
Je cesserai aussitt de reprsenter une menace pour votre couronne puisque je naurai ni pouvoir ni richesses.
Une flamme brilla dans le regard du roi.
Voil un argument trs subtil.
Cest surtout la vrit, Sire. Croyez bien que je naspire rien dautre qu tre votre fidle et dvoue servante.
Vous navez rien redouter, en effet, de damoiselle Rebecca, Sire, confirma Blaidd en tendant la main pour prendre celle de la jeune femme. Et pour rassurer compltement Votre Majest son sujet, je limplore de maccorder sa main.
Un autre murmure parcourut lassemble.
Navez-vous pas entendu, chevalier, quelle ntait pas de noble naissance ? intervint la reine. Elle vient de nous avouer quelle ntait quune btarde. Elle na aucun droit non seulement sur les biens du comte de Throckton, mais aussi sur son nom et son titre.
Je le sais, Votre Majest, mais cela mimporte peu car elle est noble de cur et desprit. Vertueuse, courageuse et gnreuse, elle a toutes les qualits requises pour faire une pouse parfaite.
Le roi paraissait quelque peu irrit et il ignora ouvertement Rebecca lorsquil sadressa Blaidd :
Elle na pas de dot, aucune ressource, pas de titre comme vient de vous le dire la reine. Cest comme si vous pousiez une simple paysanne.
Puis-je vous rappeler, Sire, que mon pre est issu dune famille paysanne ? Mais si vous jugez, nanmoins, quelle nest pas digne de moi, je renoncerai mon titre de chevalier. Je resterai votre loyal sujet et servirai dans votre arme comme sergent cheval si vous le voulez bien. Mais pour ce qui est de mon rang et des privilges qui lui sont attachs, je suis prt les perdre pourvu que je puisse pouser cette damoiselle.
Les seigneurs et les dames ne purent retenir une sourde exclamation dont Blaidd ne sut si elle tmoignait de leur indignation ou de leur admiration ?
Jose mme dire, Sire, que jy renoncerai gaiement si cest le prix payer pour pouser ma bien-aime.
Rebecca se raidit. Elle sattendait ce que le couple royal exprimt haute voix ce que tous murmuraient tout bas dans cette vaste salle : Blaidd ne pouvait pas parler srieusement ; aucun chevalier sain desprit ne renoncerait son titre pour pouser la fille balafre dun rengat.
Elle vit les mains du roi se crisper sur les bras de son trne.
Si jai bien compris, chevalier, vous dites votre roi, auquel vous avez jur fidlit, que vous allez quitter sa cour sil ne vous autorise pas pouser cette pucelle ?
Je nen resterai pas moins votre loyal sujet, Sire.
Vous ne me laissez gure de choix. Vous imposez le vtre votre souverain en quelque sorte.
Non, Sire. Votre Majest ne doit pas voir les choses ainsi. Je suis et demeure jamais votre humble serviteur quel que soit le rang que joccupe. Mon absence la cour naura gure de consquence. Il se trouve assez de nobles et sages seigneurs dans ce royaume pour vous conseiller utilement, Sire.
Un murmure de satisfaction se rpandit dans une partie de lassemble, manifestement celle des barons anglais hostiles la prfrence donne aux Franais par la reine.
Peut-tre, rpondit le roi, mais je perdrai le meilleur de mes chevaliers et lun des rares hommes en qui jai une confiance absolue. Par consquent, messire Blaidd Morgan, je ne vois pas la ncessit dun tel sacrifice de votre part.
Le visage grave du souverain se dtendit.
Jaccepte votre choix. Puissiez-vous tre aussi heureux ensemble que votre roi lest avec sa reine.
Rebecca aurait voulu laisser clater sa joie par des applaudissements et des ovations, mais Blaidd lavait dj prise dans ses bras et il lembrassait avec passion devant toute la cour.
Trevelyan, cependant, exprimant le mme lan que Rebecca, se mit applaudir avec enthousiasme. Il fut aussitt imit par dautres courtisans et des rires fusrent de tous les coins de la salle. Manifestement, par sa dcision, le roi avait donn satisfaction un bon nombre de seigneurs prsents ce jour-l dans la salle du trne. Rebecca et Blaidd, dont le baiser se prolongeait, linterrompirent en entendant le roi chuchoter la reine :
Jai assurment gagn la fidlit vie du chevalier !
Oui, sans nul doute, Sire, confirma Blaidd, mais elle vous tait dj acquise.
Le souverain se leva de son trne et sapprocha du couple. Il posa les mains sur les paules de Rebecca et lembrassa sur les joues.
Vous devez assurment tre une femme exceptionnelle.
Rebecca lui sourit, mue de lui voir non pas le masque altier et svre du matre dun royaume, mais lexpression attentive dun homme soucieux dagir avec justesse.
Jaimerais ltre pour satisfaire Blaidd qui est incontestablement un chevalier dexception. Soyez certain, Sire, quil vous servira avec dvotion.
Je le sais, sans quoi je naurais pas donn mon accord votre mariage, rpondit le roi avant de retourner sasseoir sur son trne.
Dune voix forte pour tre entendu de tous, il reprit :
Nous autorisons cette union en rcompense des excellents services que nous a rendus le chevalier Morgan et, en outre, nous lui faisons don du chteau de Throckton avec ses terres et tous ses revenus.
Cette fois, Rebecca ne put retenir sa joie. Elle poussa un petit cri et se jeta dans les bras de Blaidd quelle treignit avec transport. Il sembla quelque peu dconcert par une telle dmonstration de bonheur en un lieu o les sentiments ne sexprimaient quavec mesure et pudeur, mais le roi vint son secours et lui cria :
Embrasse-la, mon garon ! Je vois bien quelle nattend que cela et que tu en meurs denvie.
Puisque Votre Majest me lordonne, je me ferai un plaisir de lui obir.
Il prit Rebecca dans ses bras et, sans se soucier des nombreux tmoins qui observaient la scne avec curiosit pour certains, et sympathie pour dautres, il sempara de ses lvres et lembrassa avec passion jusqu ce quelle ft hors dhaleine.
Le roi toussota pour attirer leur attention.
Je crains que les jeunes femmes de cette cour ne perdent la tte devant une si belle dmonstration damour, messire Blaidd. Si vous souhaitez exprimer de faon plus insistante votre tendresse votre fiance, je vous suggre de vous retirer ds prsent. Nous parlerons ultrieurement et en priv des vnements qui ont eu lieu Throckton et des nouvelles circonstances.
Comme il vous plaira, Votre Majest, rpondit Blaidd en sinclinant. Nous navons pas assez de mots pour vous remercier, Sire !
Il offrit le bras Rebecca et tous deux sloignrent dans un brouhaha de commentaires et dapplaudissements.
Lorsque les lourdes portes se furent refermes derrire eux, ils htrent le pas et se glissrent dans la premire alcve quils rencontrrent o ils sembrassrent de nouveau..
Je narrive pas croire quil vous ait donn Throckton, dit Rebecca lorsquils sinterrompirent pour reprendre leur souffle.
Je ne my attendais pas, reconnut Blaidd.
Et moi pas davantage, intervint une voix dont le timbre tait trs proche de celui de Blaidd. Jai cru, un moment, que tu avais perdu la tte, vieux frre.
Blaidd et Rebecca firent volte-face pour dcouvrir les parents du chevalier accompagns de leur second fils, ainsi que de Trevelyan et Gervais Fitzroy.
Le visage clair par un radieux sourire qui tmoignait de son bonheur, Blaidd prit le bras de Rebecca.
Il nest plus ncessaire de vous prsenter ma fiance, dit-il en sadressant ses parents.
Moins rassure encore que devant le roi et la reine, Rebecca fit cependant la rvrence avec grce.
Je suis trs heureuse de faire votre connaissance messire Morgan et vous aussi, ma dame.
Ne vous faites pas de souci pour moi, en tout cas, pre, reprit Blaidd. Javais toute ma raison quand jai offert de renoncer mon titre.
Crois-tu ? dit Hugh Morgan. Tu mes pourtant apparu comme un homme perdument amoureux et qui, en consquence, navait plus toute sa tte ! Javoue avoir eu un choc lorsque tu as dclar vouloir renoncer ton titre. Quand je pense tout le temps quUrien a consacr ta formation ! Ta mre a failli perdre connaissance
Dun regard, Liliana Morgan intima le silence son mari et, sapprochant de Rebecca avec un chaleureux sourire, dclara :
Il y a longtemps que je ne moffusque plus des dclarations intempestives de mon mari ou de mes fils, dit-elle en prenant les mains de la jeune femme. Je dsesprais de voir Blaidd prendre une pouse. Il sy est enfin dcid et de son propre choix. Pour que mon fils vous aime assez pour renoncer la chevalerie, il faut que vous soyez exceptionnelle et je suis certaine que je naurai pas rougir de vous appeler ma fille.
Le cur en fte, Rebecca serra Liliana dans ses bras avec le mme enthousiasme quelle avait tmoign un instant plus tt devant la cour. Blaidd toussota pour quelle modrt ses ardeurs et, craignant davoir t inconvenante, la jeune fille recula dun pas, confuse.
Il nest pas ncessaire, ma mie, de manifester vos sentiments dune manire aussi ostentatoire ! dit Blaidd en riant.
Liliana lui fit les gros yeux.
De quoi te mles-tu ? Jaime bien les gestes affectueux. Ce nest pas parce que tu nen as plus avec ta vieille mre quil faut les interdire ta fiance !
Puis, sadressant Rebecca.
Quels hommes, ces Morgan ! Mais, heureusement, ils ont dautres qualits. Sinon, nous ne les aimerions pas autant.
Blaidd passa son bras sous celui de Rebecca.
Je ne devrais pas vous faire de reproches pour votre naturel et votre simplicit, car cest bien la franchise et la sincrit de votre caractre, allies votre courage et votre audace, qui ont conquis mon cur.
Liliana les considra avec tendresse alors quelle glissait la main dans celle de son mari.
Vous viendrez boire une coupe de vin avec nous tout lheure ? suggra-t elle. Nous pourrons ainsi parler de votre mariage.
Oui, mre. Nous vous rejoindrons un peu plus tard.
Lorsque ses parents se furent loigns, Blaidd se tourna vers Trevelyan :
Es-tu prt venir vivre Throckton pour terminer ton apprentissage ? demanda-t il au jeune homme.
Un sourire claira le visage de lcuyer.
Oh, oui ! Blaidd, rpondit-il. Dobbin a promis de mapprendre quelques feintes qui pourraient, parat-il, surprendre mon pre.
Je suis trs heureuse que vous veniez vivre auprs de nous, dit Rebecca. Vous verrez que la vie Throckton sera merveilleuse, maintenant. Nous organiserons des ftes et vous y rencontrerez de jolies jeunes filles du voisinage. Mais si Meg continue davoir votre prfrence, vous lpouserez dans la chapelle du chteau. En tout cas, elle ne finira pas comme Ester !
Trevelyan rougit et balbutia une rponse incomprhensible.
Et maintenant, reprit Rebecca en serrant la main de Blaidd. Je crois que mon fianc aimerait me parler seul seule. Nous devons dbattre de certaines questions importantes.
Blaidd, aussitt, lentrana vers le jardin du palais o les massifs et les haies de buis offraient de charmantes cachettes propices aux amoureux.
Ds quils chapprent tous les regards, le chevalier prit sa fiance dans ses bras et lembrassa avec une tendresse infinie.
Je vous aime, murmura-t il en interrompant leur baiser pour se noyer dans le regard limpide de la jeune femme. Et je vous aimerai toujours. Je vous suggre de nous marier au plus vite. Ds les premiers jours de lt, si vous voulez. Je ne supporterai pas dattendre davantage pour vivre pleinement et librement votre ct. Et si, dici l, nous commandons un bb au bon Dieu, personne ne pourra sen rendre compte !
Elle rit, espigle.
Je trouve votre remarque trs judicieuse, beau chevalier, et vous prie de venir vous glisser chaque nuit entre les courtines de mon lit. Dites-moi oui , sans quoi je ne survivrai pas jusqu lt !
Hum, jhsite un peu ! plaisanta Blaidd. Mais, si vous insistez, je crois que je finirai par cder vos prires. Galanterie oblige !

 
 

 

   ** **  
24-02-10, 07:07 PM   : 34
:
:

: Sep 2007
: 43839
: 67
: aghatha
: 16

Algeria
 

 

:
aghatha
:

: ** ** :

 

merci chere soeur pr ce magnifiq roman merci pr tt tes efforts

 
 

 

   aghatha  

()

(Tags)
bianchin, books, couple, de margaret moore, damour, french books, french novels, french romance books, french romance novels, helen, helen bianchin, l'espion du roi, mariage, novels, , , , , , , raison, rve, romance books m romance, romance novels, un couple de rve, , , , , , , , , , , ,
facebook






07:34 PM.


 

 



Powered by vBulletin® Version 3.8.11
Copyright ©2000 - 2021, Jelsoft Enterprises Ltd.
SEO by vBSEO 3.3.0 ©2009, Crawlability, Inc.